Berlin abonde en musées. L'histoire de leurs riches collections commence au XVIe et s’ébauche déjà, la volonté de l'ordonnance des collections, donnant lieux précocement à ce que l'on appelle actuellement des politiques d’achats "raisonnées". Ceci a eu pour effet, la constitution très tôt d’ensembles particulièrement cohérents et complets.
Autre particularité, l’Avant-garde logera au musée dès le début du XXe, avant d’en être expurgée par le National Socialisme.
Les musées n’ont pas échappé aux tumultes de l’histoire et paradoxalement la partition (Entre Berlin ouest et Berlin est) à sans doute évité des pertes plus grandes.
La réunification quant à elle, a permis des restructurations, des rénovations et des restaurations donnant lieu à des scénographies muséales qui orchestrent avec beaucoup de pertinence ces ensembles.

En cliquant sur le nom des musées ci-dessous vous pouvez directement accéder à l'information le concernant.

Museumsinsel (L'île aux Musées): Altes Museum (Le Vieux Musée) , Friedrichswerdersche Kirche (Église de Friedrichswerder), Neues Museum (musée d'égyptologie), Alte Nationalgalerie (La Vielle Galerie Nationale), Bodemuseum (Le Musée Bode), Pergamonmuseum (Le Musée de Pergame).
Kulturforum (Le Forum Culturel): Neue Nationalgalerie (La Nouvelle Galerie Nationale), Gemäldegalerie (La galerie des Peintures), Kupferstichkabinett (Cabinet des estampes), Kunstbibliothek (Bibliothèque des Arts), Kunstgewerbemuseum (Musée des Arts Populaires).
Dahlem: Ethnologisches Museum (Le Musée d'Ethnologie)
Nouveaux musées et musées indépendants:
Hamburger Bahnhof - Museum für Gegenwart (Musée d’art contemporain).
Die Brückemuseum (le Musée de Die Brücke), Bauhausarchiv (Les Archives du Bauhaus), Le Bröhan-Museum (Le Musée Bröhan), Berlinische Galerie (La Galerie Berlinoise)
Filmmuseum (Le Musée du Cinéma).


Museumsinsel (Île aux Musées)


Premier grand ensemble muséal, dont le projet débute en 1797. L'archéologue Aloys Hirt (1759-1837) suggère alors à Frédéric-Guillaume III de Prusse la création d'un musée public d'art européen, le projet se concrétise avec la construction du bâtiment que l'on nomme aujourd'hui l'Alte Museum (le Vieux Musée). Les collections s'enrichissant d'autres bâtiments verront le jour et ce jusqu'au début du XXe.
Après la guerre, l'Ile aux musées se trouvant dans le périmètre soviétique, deviendra le centre des musées de Berlin Est.
Un des grands actes de la réunification à Berlin, sera la réorganisation des différents systèmes muséologiques, la rénovation et la réhabilitation de cet ensemble original lui aussi divisé.

www.museumsinsel-berlin.de
phone: +49(0)30 266 42-4242

Horaires pour tous les musées de l'île sauf le Neue Museum.
Lun-Dim: 10-18h
Jeu: 10-22h
Ticket:s
Altes Museum, Alte Nationalgalerie, Bodemuseum,
8€ réduit 4€
Neue Museum et Pergamonmuseum
10€, tarif réduit 5 €
Passe ile aux musees
14€ réduit 7€

L'Altes Museum (Le Vieux Musée)

Am Lustgarten, 10178 Berlin

Construit entre 1823 et 1830 par Karl Friedrich Schinkel dans un style néoclassique, il héberge depuis 1904 la collection d'Antiquités Grecques et Romaines.
Très endommagé pendant la guerre, il est reconstruit en 1966, et présentera l'art contemporain de la République démocratique allemande jusqu'à la chute du mur.
Depuis 1998 les Antiquités grecques et romaines y ont été réinstallés.

Retour


Neue Museum (Musée d’égyptologie)

Genthiner Straße 38, 10785 Berlin

Horaires: Lun Mer Dim: 10 - 18h, Jeu Ven Sam: 10 - 20h.

Sous l’influence d'Alexander von Humboldt (naturaliste, géographe et explorateur Berlin 1769-1859), Friedrich Wilhelm III (1770 - 1840) décide d’ajouter à la collection royale une section égyptienne. Entre 1842 et 1845 une expédition archéologique prussienne se rend en Egypte et reçoit du vice-roi d'Égypte Méhémet-Ali (1769-1849), 1500 objets antiques qui livrent le fond d’une nouvelle collection.
Dans les années suivantes, ces collections s'enrichissent par des achats, des dons et les fouilles archéologiques, les plus importantes ayant été réalisé de 1911 à 1914, à Amarna.

August Stüler (1800 - 1865) est chargé de la construction entre 1841 et 1859 d'un nouveau musée, qui deviendra le second bâtiment constituant l’île aux musées. Exemple de l'architecture néoclassique du XIXe siècle, le bâtiment joue un rôle important dans l'histoire des techniques parce qu’il introduit l'utilisation de procédés de constructions industriels et l'usage de structures en fer. Très endommagé par les bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale, l'intérieur a pu malgré tout être partiellement conservé, plaçant le Neues Museum parmi les derniers vestiges de cette période architecturale et muséologique en Allemagne. C’est en 1997 qu’ont démarré la reconstruction et la restauration du bâtiment, dont les travaux ont été dirigés par l'architecte britannique David Chipperfield. En 2009, le musée rouvre ses portes et propose au public des collections, préhistoriques, antiques, et égyptiennes, dont le célèbre buste de Néfertiti est une des oeuvres maîtresses de la collection.

À propos de la reconstruction

Retour


Alte Nationalgalerie (La Vielle Galerie Nationale)

Bodestraße 1-3, 10178 Berlin

Ce que nous appelons l'Ancienne Galerie Nationale, mais qui à l'époque s'appelait la Galerie Nationale, fut conçue en 1861 à partir d'un don du banquier Joachim Heinrich Wilhelm Wagener (1782-1861), de 262 tableaux d'artistes vivants, allemands et étrangers.
La construction du musée commence en 1869 et s’achève en 1876. August Stüler (1800-1865) en dessine les plans, mais Heinrich Strack (1805-1880) le construira. Exemple de l'historicisme, l’architecture du bâtiment s’inspire des temples romains, portique orné de colonnes corinthiennes et absides annexes.
Résolument novateurs les directeurs Hugo von Tschudi (1851-1911) qui achètera des oeuvres impressionnistes, puis Ludwig Justi (1876-1957), qui lui fera entrer l'expressionnisme, le cubisme mais aussi toutes les autres tendances de l'époque dans la collection, vont contribuer à façonner le profil contemporain de la collection. En 1933 lorsque Hitler décide de l'opération Art Dégénéré, le musée perd plus de 4000 oeuvres dont certaines (env. 500) seront vendues en Suisse ou à Paris, le reste sera détruit.
Entre 1998 et 2001, le musée a été entièrement rénové. Il est depuis devenu le musée du XIXe, représentant toutes les tendances esthétiques du siècle. S'y trouvent les oeuvres des romantiques telles que Caspar David Friedrich (1774-1840), Karl Friedrich Schinkel (1781-1841), et Carl Blechen (1798-1840), la période Biedermeier, L'impressionnisme français avec des peintres comme Édouard Manet (1832-1883), Claude Monet (1840-1926) Tout récemment la peinture allemande du début du XXe siècle été rajoutée avec des peintres comme Adolph von Menzel (1815-1905), Max Liebermann (1847-1935), Lovis Corinth (1858-1925).

Retour


Bode-Museum (Le Musée Bode, du nom de son premier directeur)

Am Kupfergraben 1, 10178 Berlin

Édifié de 1897 à 1904, par Ernst Eberhard von Ihne (1848-1917), le bâtiment offre un exemple de ce que l’on appelle le "Wilhelminischen Barock" ou "Baroque Wilhelmien".
Le musée ouvre en 1904 et présente "les collections des différentes époques chrétiennes", c'est-à-dire les oeuvres à caractères religieuses, des primitifs aux classiques. Wilhelm von Bode (1845-1929) en est le premier conservateur. Il s’applique particulièrement dans l’aménagement des salles, ouvrant la voie à la réflexion muséologique. Il porte un grand intérêt au problème de la lumière et préconise le replacement de l’œuvre dans son contexte. Les œuvres sont donc placées dans des environnements architecturaux historiquement reconstitués et accompagnés de meubles choisis en vue de faire ressentir aux visiteurs l'esprit de l'époque. Ce concept muséal tout à fait nouveau à l'époque se pérennisera et ouvrira la voie à la réflexion muséologique.
Lourdement endommagé pendant la seconde guerre mondiale, il est à partir de 1948 remis en état et accueille différentes collections.
De 1999 à 2005, il subit une réfection complète.
Trois collections s’y regroupent :

Les sculptures
La collection compte parmi les plus importants ensembles de sculptures anciennes au monde. Son origine remonte à l'activité de mécéne et de collectionneur déployée par les Princes-Electeurs de Brandebourg et Prusse, en particulier de 1640 à 1688.
Wilhelm von Bode (1845-1929) complétera les collections déjà existantes. Son objectif ayant été de réaliser une présentation exhaustive de l'histoire de la sculpture européenne.
Malgré la guerre et après plusieurs années de dispersion, la collection se trouve aujourd'hui de nouveau réunie.

L’art Byzantin
Antiquité tardive et époque byzantine, du IIIe au XVe siècle, offrent un panorama incomparable de l'iconographie paléochrétienne.

Le Cabinet des médailles
Avec plus de 500 000 pièces, le Cabinet des Médailles compte aujourd'hui parmi les plus importantes collections numismatiques au monde.

Retour


Pergamonmuseum (Le musée de Pergame)

Am Kupfergraben 5, 10117 Berlin

Le plus tardivement construit de l’île aux Musées, il devient nécessaire avec l'augmentation croissante des collections antiques. Un premier projet en prévoit quatre plus une halle devant recevoir l'Hôtel de Pergame mis à jour par Carl Humann (1839-1896) en 1886 et offert à l'empereur Wilhelm II (1859-1941) par son homologue Turc, Abdülhamid II (1842- 1918) en 1879. L'urgence étant de loger l'hôtel de Pergame, un premier bâtiment est construit par Fritz Wolff de 1897 à 1899, mais une mauvaise conception des fondations oblige à le raser.
Wilhelm von Bode impressionné par le British Museum convainc l'empereur de la construction d'un unique bâtiment qui réunirait les antiquités grécques, romaines, de l'Asie mineure et du Proche-Orient. Il réussit à amener l'empereur à confier la construction de ce nouveau musée à Alfred Messel (1853-1909). Ce dernier considéré aujourd'hui comme un des précurseurs du modernisme, produit une architecture originale, un historicisme dépouillé, stylisé, qui tend vers ce qui plus tard, sera appelé le fonctionnalisme.
Il conçoit une bâtisse en forme de U, qui reprend la forme du bâtiment qu'il est censé abriter, c'est à dire l'hôtel de Pergame.
Ce dernier doit prendre place dans la partie centrale et principale, dont le décor extérieur est un imposant volume pratiquement dépouillé de décor.
Le reste des collections: la collection de peintures et de sculptures allemandes du haut Moyen Âge, le département du Proche-Orient et le Musée de l'art islamique, prennent place dans les ailes, qui elles offrent un décor historiciste d'influence greco-romaine plus classique.
Messel meurt avant d'avoir commencé la construction, et c'est son ami Ludwig Hoffmann (1852-1932), qui de 1910 à 1930 construira le bâtiment.
Le Pergamonmuseum abrite aujourd'hui, une collection de monuments de l’Antiquité, le Musée du Proche-Orient et le Musée de l'art islamique.
On peut y voir, parmi les pièces les plus spectaculaires :
L’autel de Pergame datant du IIe siècle avant J-C et considéré comme un chef d’œuvre de la période hellénistique.
La Porte de l’Agora de Milet, un exemple majeur de l’architecture romaine.
La Porte d'Ishtar, de Babylone datant du XXIIe Siècle avant JC
La salle d’Alep, une pièce du XVIIe siècle, aux panneaux peints de couleurs vives appartenant à la maison d’un marchand de la ville syrienne d’Alep, décorée de poèmes arabes et perses, de dictons et d’images de personnes, de plantes et d’êtres mythologiques.

Retour


Friedrichswerdersche Kirche (L'église de Friedrichswerdersche)

Werderscher Markt, 10117 Berlin

Entrée gratuite

En 1658, Berlin en expansion, se dote d'un nouveau quartier que l'on nomme "Friedrichswerder“, nom composé à partir du nom du prince et du bras de rivière qui borde ce nouveau quartier et on l'équipe d'une église baroque.
Celle-ci se trouve une première fois transformé entre 1700 et 1701, par Giovanni Simonetti (1652-1716) en double sanctuaire, censé recevoir les communautés Calvinistes Huguenotes et Luthériennes.
Après l'unification administrative des cultes en Prusse (1817), et à cause du mauvais état du bâtiment, le Dauphin futur Friedrich Wilhelm IV (1795-1861), commandite à Karl Friedrich Schinkel (1781-1841), les plans d'un nouvel édifice. Jusqu'en 1823, plusieurs projets sont présentés et Schinkel, qui défend le style romaine d'une basilique , devra s'incliner devant les désirs du souverain pour un bâtiment néo-gothique d'influence anglaise.
La voûte est composée de cinq croisées d'ogives à clôture polygonale, qui coiffent une travée centrale. Cette voûte repose sur des colonnes de marbre blanc. Les contreforts extérieurs ont été faute de moyens supprimés et en dehors des colonnes tout autre marbre est en trompe l'œil. Le corps de la construction est en briques et les éléments de décorations sont des moulages en terre cuite.
Les portes en fonte sont ornées de médaillons réalisés par Tieck (1776-1851).
En 1987 à l'occasion du 750e anniversaire de la ville, l'église rénovée, devient une dépendance de la Nationalgalerie et prend le nom officiel de musée Schinkel (1781-1841).
Depuis la réunification elle a été originalement rénovée et abrite une collection de sculptures du XIXe.

Retour


Kulturforum Potsdamer Platz / Tiergarten.


A la partition de l'allamagne, l'Ouest privé de l'Ile aux Musées, instalera les collections dont elle s'est vue doté à Dahlem, un ancien dépôt. Il sera tout d'abord réaménager en musée de peinture et d'ethnologie. La construction de la Neue Nationale Galerie entamera le projet de l'ensemble appelé le Kultur Forum (le Forum culturel), sur la Potsdamerplatz qui devait devenir le pendant Ouest de lle aux Musées.

Gemaldegalerie et Kunstgewerbemuseum
8€ réduit 4€
Neue Nationalgalerie
10€ réduit 5€
Passe Kulturforum
12€ réduit 6€


Neue Nationalgalerie (La Nouvelle Galerie Nationale)

Potsdamer Straße 50, 10785 Berlin
+49 - (0)30 - 266 42 3040

Horaires: Mar Dim 10-18h, Jeu 10-22h

L'histoire de la Neue Nationalgalerie commence après la seconde guerre mondiale, avec la partition de Berlin et le partage des œuvres de la Nationalgalerie ayant échappé à l’ostracisme culturel du III Reich.
Commandé à Ludwig Mies Van Der Rohe (1886-1969), elle est le seul édifice réalisé par l'architecte en Allemagne après son émigration aux États-Unis en 1938. Elle est inaugurée en 1968 et présente les collections d’Art Moderne.
L’architecture de l’édifice s'inspire de plans datant de 1957 et initialement prévu pour abriter le siège de Baccardi à Santigo de Cuba, qui pour cause de révolution cubaine ne furent jamais exécutés.
Les salles du musée se trouvent sous terre, à l'intérieur du soubassement habillé de granit. Le pavillon au-dessus est une véritable prouesse architecturale et technique : pas de murs et seuls huit pylônes et des parois de verre supportent un immense toit à caissons. Les éléments de construction, ainsi réduits à l'essentiel, donnent l'impression d'une extrême légèreté. Les alentours immédiats du bâtiment sont ornés de sculptures, d'Henry Moore (1898-1986), de Richard Serra (1939) et d'Alexander Calder (1898-1976).
La collection de la Neue Nationalgalerie, bien que très touchée par les exactions Nazis, rassemble un très bel ensemble de peintures et sculptures, du début du XXe siècle jusqu’aux années 60.
Les Expressionnistes allemands et autrichiens sont l'un des points forts du musée avec notamment des œuvres du groupe Die Brücke : Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938), Karl Schmidt-Rottluff (1884-1976). On y trouve des sculptures de Käthe Kollwitz (1867-1945). Le cubisme est également très bien représenté avec des œuvres d'artistes incontournables comme Pablo Picasso (1881-1973) ou Fernand Léger (1881-1955). Sont aussi présentes également des œuvres du Bauhaus : Paul Klee (1879-1940)…, du surréalisme : Max Ernst (1891-1976)… et des œuvres des années 1950 et 1960 : Yves Klein (1928-1962), Barnett Newman (1905-1970), Mark Rothko (1903-1970).
Le musée accueille également des expositions temporaires d'envergure internationale qui occupent généralement le pavillon supérieur et des salles du sous-sol.

Retour


La Gemäldegalerie (La Galerie des Peintures)

Kulturforum Potsdamer Platz
Matthäikirchplatz, 10785 Berlin
030 - 266 42 3040

Horaires: Mar Ven 10 - 18h, Sam Dim 11 - 18h

Conçue d'après les plans de Heinz Hilmer et Christoph Sattler, la Gemäldegalerie ouvre ses portes en 1991. La collection couvre la période qui va des primitifs au XVIIIe siècle. Actuellement elle se compose des collections réunifiées de l’Est et l’Ouest, abritées respectivement auparavant au Bode-Museum et à Dahlem.
Avec une collection de 3600 tableaux à la veille de la guerre, celle-ci avait atteint un incroyable degré de complétude.
En 1945 la collection, ayant été préalablement évacuée, fut dispersée et subit d'importantes pertes. La scission politique du pays et de la ville en 1948 aboutit finalement à son partage.
L'architecture du bâtiment souligne l'importance de la collection. Il s’organise autour d’un vaste hall central divisé par deux rangées de piliers. Les voûtes sont surmontées de coupoles en verre au travers desquelles la lumière du jour pénètre directement, si bien que l'atmosphère est marquée par les variations naturelles de la luminosité. Deux rangées de salles d'exposition sont aménagées autour du hall, les petites salles à l'extérieur et les grandes à l'intérieur, elles sont baignées par une lumière du jour filtrée et zénithale.
La disposition axiale et symétrique des salles d'exposition, permet de répartir les tableaux de manière aussi bien topographique que chronologique, faisant la distinction entre écoles du sud et du nord des Alpes. La partie transversale qui relie les deux côtés est dédiée aux peintures néerlandaises, allemandes, françaises et anglaises des XVIIe et XVIIIe siècles.

Retour


Kupferstichkabinett (cabinet des dessins et estampes)

Matthäikirchplatz, 10785 Berlin

Horaires: Mar Ven: 10 - 18h, Sam Dim 11 - 18h
Ticket: Selon les expositions

Le Musée des Arts graphiques est la plus grande collection d'art graphique en Allemagne - et l'un des quatre plus grands dans le monde. Il comprend plus de 500.000 estampes et quelque 110.000 dessins, aquarelles, pastels et esquisses à l'huile.

Retour


Kunstbibliothek (Bibliothèque d'Art)
Matthäikirchplatz, 10785 Berlin
030 - 266 42 3040

Horaires: Mar Dim 10 - 18h >br>
Accesible à tous sur présentation de carte d’identité. Bibliothèque de consultation et non de prêt.

Retour


Kunstgewerbemuseum (Musée des Arts décoratifs)

Matthäikirchplatz, 10785 Berlin

Horaires: Mar Ve: 10 - 18h, SamDim 11 - 18h
Passe Kulturforum Potsdamer Platz / Köpenick
8€ reduit 4€

Schloss Köpenick
Schloßinsel 1, 12557 Berlin

Horaires: Jeu Dim 10 - 17h
Ticket: 4€ reduit 2€

Fondé en 1867 sur l'initiative privée d'amateurs d'arts impressionnés par l'impact de l'exposition universelle de Paris en 1867. Il fut constitué en réaction à la révolution industrielle, pour répondre au besoin d'établir des références pour les Arts Décoratifs modernes à partir des collections d’art et d'artisanat de toutes les civilisations.
La construction du nouveau bâtiment fut confiée à Martin Gropius (1824-1880), grand oncle de Walter (1883-1969). Le bâtiment, actuel Martin Gropius Bau (Bâtiment Martin Gropius), production emblématique de l’époque, conjugue structures industrielles (fer, briques, moulures en terra cota) et historicisme (Renaissance italienne).
Très endommagé pendant la guerre, il ne sera pas reconstruit avant les années 80.
Les collections ayant été partagées entre l'Est et l'Ouest, celles de l'Est seront déposées au Château de Köpenick et celles de l'Ouest après avoir séjournées au Château de Charlottenburg, seront intégrées dans la partie ouest du projet du Kunstforum (Forum des Arts).
En 1985 Rolf Gutbrod réalise le complexe qui doit accueillir le plus riche musée des Arts décoratifs d'Allemagne dans le Kunstforum de Potsdamer Platz.
Ses collections couvrent des œuvres de l'Europe entière, et ce depuis le Moyen-Âge.
Depuis 2004, date de la restauration du musée, le château de Köpenick lui a été annexé, ce qui permet aujourd’hui de voir des meubles et objets d’origine baroque et rococo dans leur environnement.
Les salles de la partie du musée intégré au Kunstforum sont consacrées au design du XXe siècle : Art Déco, Biedermeier, Bauhaus de Weimar et Dessau, Memphis de Milan, grands designers américains et scandinaves de l'après-guerre et à la présentation de différentes techniques artisanales, porcelaine, verre, tissus...

Retour


Dahlem- Ethnologisches Museum (Musée ethnologique de Berlin)

Lansstraße 8, 14195 Berlin

Horaires: Mar Ven 10 - 18h, Sam Dim 11 - 18h
Ticket: 6€ réduit 3€

La collection ethnographique issue des collections du cabinet de curiosité des contes de Brandenburg intégre en 1829 le Neue Museum puis s’affranchit de la tutelle de l’île aux musées en 1886 pour devenir une institution à part entière. Elle s'installe près de la Potsdamer Platz, dans un bâtiment qui ne survivra pas à la guerre.
Elle sera montrée là où elle a trouvé refuge, c'est-a-dire dans les entrepôts de Dahlem. En 1970, ces entrepôts, voisin de l’université sont désignés comme nouveau centre d’art et la construction/rénovation est confiée à Bruno Paul (1874-1968).
Jusqu’à la réunification, la Gemäldegalerie se trouvait aussi à Dahlem, mais depuis 1999 le musée est entièrement dédié à l'ethnologie.
Il est divisé en six départements:

Le département d'archéologie Américaine Précolombienne,
Les cultures de l'Amérique Centrale, de l'Amérique du Sud et de la Méso-Amérique, de 2000 avant J.-C. jusqu'à l'arrivée des Espagnols, au milieu du XVIe siècle.

les Indiens d'Amérique du Nord
L'exposition est organisée en cinq sections régionales : la prairie et les plaines, le sud-ouest, la Californie, la côte nord-ouest et l'Arctique. Elle présente des objets des nombreuses cultures indiennes mais aussi des œuvres d'art et des objets contemporains.

Le département de l'Océanie
D'une richesse et d'une diversité inouïes, les collections océanienne et australienne sont organisées de manière géographique. Parmi les œuvres majeures, citons les collections de Sepik, du golfe de Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Nouvelle-Irlande, la divinité Sope de Nukuoro, le manteau de plumes du roi Kamehameha d'Hawai, les éventails 0 Atea des îles Marquises et l'habit cérémoniel de deuil de Tahiti. Les objets de grande taille de la section consacrée à la maison et au bateau sont particulièrement impressionnants. Des îles Palau (Micronésie occidentale), on peut voir la maison du club des hommes de Belau et les catamarans de Tonga, Samoa, Tuvalu, Kiribati et d'Australie.

Le département de l'Afrique
De cette région, on retiendra notamment les figurines magiques à l'effigie des ancêtres et les masques utilisés lors des cérémonies initiatiques. Le voyage se termine avec l'Afrique orientale.

Le département de l'Extrême-Orient
les arts populaires d'Extrême-Orient qui s'organisent en deux grandes sections, le Japon et la Chine. Parmi les objets chinois, on remarquera les lampes destinées aux fêtes du Nouvel An, des représentations de la déesse Guayin, un temple familial, des outils agricoles et des modèles de navires.

L'extraordinaire département d'ethnomusicologie avec un très riche fonds de 100 000 prises de son archivées, cette collection est unique en son genre. On peut sélectionner des documents sonores depuis le terminal «planisphère musical» (Musik Weltkarte). Des instruments de musique sont également exposés.

Retour


Nouveaux musées et musées indépendants.


Hamburger Bahnhof - Museum für Gegenwart (Le Gare de Hamburg, musée d'art contemporain)

Invalidenstraße 50-51, 10557 Berlin

Horaires: Mar Ven 10 - 18h, Jeu: 10 - 18h, Sam Dim 11 - 20h

Ticket: Expositions temporaires 8€ réduit 4€, pass expositions / collection permanente 12€ réduit 6€

La Hamburger Bahnhof est une ancienne gare. Elle se trouve sur la Invalidenstraße et abrite actuellement le musée d'art contemporain.
Construite par Friedrich Neuhaus(1797-1876) en 1874, elle se révélait déjà en 1906 trop petite et fût transformée en musée de la circulation et des constructions.
En 1984, la DDR donne l'édifice à la ville de Berlin Ouest. En 1987, la Hamburger Bahnhof devient le siège de la Fondation pour la Préservation du Patrimoine Culturel Prussien. Le concours 1989 pour la reconversion de l'immeuble est remporté par l'architecte Josef Paul Kleihues (1933-2004), qui conçoit des espaces à utilisations polyvalentes, nécessaire à sa la nouvelle utilisation.
En 1996 le bâtiment devient Musée d’Art Contemporain.
Le grand hall d'entrée sert d'espace central d'orientation, et conduit à toutes les autres parties du bâtiment. L'aile à deux étages de l'ouest, abrite une exposition permanente des oeuvres de Joseph Beuys (1921-1986), Anselm Kiefer (*1945), Roy Lichtenstein (1923-1997), Richard Long (*1945), Andy Warhol (1928 -1987)et Cy Twombly (1928-2011). L'aile Est abrite un restaurant et des salles d’expositions temporaires.
Depuis septembre 2004, la Collection Friedrich Christian Flick (*1944) est en prêt permanent dans les zones adjacentes.

Retour


Brücke Museum (Le Musée de la "Die Brücke")

Bussardsteig 9, 14195 Berlin-Dahlem

Horaires: Lun Dim 11 - 17h, Fermé le mardi
Ticket: 5€

En 1967 Karl Schmidt-Rottluff (1884-1976) pour ses 80 ans fait don de 74 tableaux à la ville de Berlin. Le Sénat décide de réhabiliter une cabane à la périphérie de la forêt de Grünewald pour y installer un musée de la Die Brücke. L’endroit semble approprié, la synergie homme nature ayant été une problématique centrale au groupe. L’architecte Werner Düttmann (1921-1983) influencé par les principes d'architecture du Bauhaus est chargé de la construction.
Le fonds constitué de 400 tableaux, et plus de mille dessins, aquarelles, gravures, œuvres d’Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938), Erich Heckel (1883-1970), Karl Schmidt-Rottluff, Max Pechstein (1881-1955), Emil Nolde (1867-1956), Otto Mueller (1874-1930) propose un panorama complet du mouvement et retrace son histoire.

Retour


Die Berlinische Galerie (La Galerie Berlinoise)

Alte Jakobstraße 124 - 128, 10969 Berlin

Horaires: Lun Dim 10 - 18h, Fermé le Mardi
Ticket: 8€, réduit 5€ et Premier lundi du mois 4€, gratuit jusqu'à 18 ans, Le ticket d'entrée du Musée Juif donne droit au tarif réduit et est utilisable dans les deux jours consécutifs à l'achat et vice versa.

Fondée en 1975, la Berlinische Galerie est à ses débuts une association de Berlin-Ouest faisant la promotion d'artistes berlinois. Installée à Charlottenburg puis au Martin Gropius Bau, elle prend place en 2004 dans une ancienne verrerie de l'Alte Jakobstraße, à Kreuzberg.
La Berlinische Galerie se veut volontairement interdisciplinaire et l'on peut y voir des expositions d'Art, de photographie et d'architecture.
Elle possède un fonds permanent qui couvre la période de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours et qui présente La création artistique berlinoise sous ses multiples facettes: Sécession berlinoise (Max Liebermann (1847-1935), Lovis Corinth (1858-1925)), Dadaïsme (Hannah Höch (1889-1978), Raoul Hausmann (1886-1971)), l'Avant-garde russe (Alexandra Exter (1882-1949,...)), la nouvelle objectivité (Christian Shad (1894-1982),...), l'Expressionnisme (Otto Dix (1891-1969), George Grosz(1893-1959 )), l'art concret et conceptuel, jusqu'aux installations multimédias contemporaines.
Les archives particulièrement riches sont à la disposition des chercheurs et critiques d'art. La collection d'arts graphiques compte près de 15 000 pièces.

Retour


Bauhausarchiv (Les Archives du Bauhaus)

Klingelhöferstr. 14, 10785 Berlin
030 25 40 02 0
www.bauhaus.de

Horaires: Exposition Mer Lundi: 10 - 17h, Bibliothèque Lun Ven 9-13h
Tarifs: Sam Dim Lun 7€, réduit 4€, Mer Jeu Ven 6€, réduit 3€

Plus un centre de recherche qu'un musée, les archives du Bauhaus ont été construites par Alexander Cvijanovic (*1923) sur les plans de Walter Gropius (1883-1969).
La bibliothèque regroupe une grande variété de publications, 26 000 livres, journaux et catalogues ainsi que des manuscrits originaux, consultables sur place.
Parmi les objets les plus connus, on peut voir entre autres les chaises de Marcel Breuer (1902-1981), la lampe de bureau en verre conçue en 1923 par K-J Jucker et Wilhelm Wangenfeld (1900-1990), le service en argent de Marianne Brandt (1893-1983), ainsi que 250 objets utilitaires conçus pour la maison et le bureau. Tous ces objets illustrent la transition entre l'artisanat et la production industrielle. Les archives du Bauhaus attestent de la vitalité et de la pérennité de cette école d’architecture, d’art et de design, la plus influente du XXe siècle dont la vision esthétique ainsi que les principes pédagogiques n’ont pas perdu de leur acuité.

Retour


Le Bröhan-Museum (Le Musée Bröhan)

Schloßstraße 1a, 14059 Berlin (en face du château de Charlottenburg)

Horaires: Mar Dim 10 - 18h.
Ticket: 8€, réduitt 4€, Entrée gratuite pour les moins de 18 ans et le 1er du mois pour tous.

Il doit son nom à son fondateur Karl H. Bröhan (1921-2000) qui, à l'occasion de son soixantième anniversaire, fit don de sa collection privée à la ville de Berlin.
En 1983, la collection aménagea dans un bâtiment de style Néoclassique faisant partie, à l'origine, des casernes du château de Charlottenburg.
Les pièces de la collection sont présentées chronologiquement dans des intérieurs privés reconstitués. Elles offrent ainsi un panorama exhaustif des divers domaines et époques des arts appliqués: l’Art Déco français, le Jugendstil allemand et scandinave, l’Art nouveau français et belge.
Les oeuvres sont signées, Hector Guimard (1867-1942), Louis Majorelle (1859-1926), Eugène Gaillard (1862-1933), Bruno Paul(1874-1968), Richard Riemerschmid (1868-1957), Jacques-Emile Ruhlmann(1879-1933), Peter Behrens (1868-1940), Joseph Maria Olbrich (1867-1908) , Emile Gallé (1846-1904), Edgar Brandt (1880-1960.), Emile Puiforcat (1897-1945), Georg Jensen (1866-1935)…
La création industrielle entre 1889 et 1939 est également présentée avec les réalisations de Friedrich Adler (1878-1942), Albin Müller (1871-1941), Peter Behrens (1868-1940 ), Christopher Dresser (1834-1904), Jan Eisenloeffel (1876-1957) , Hermann Gretsch (1895-1950), Archibald Knox (1864-1933), Trude Petri (1906-1998) et Wilhelm Wagenfeld (1900-1990).
Le premier étage propose des peintures de la Sécession Berlinoise, les œuvres sélectionnées proviennent de fonds privés. On peut donc y voir des artistes tels qu’Hans Baluschek (1870-1935), Karl Hagemeister (1848-1933), Willy Jaeckel (1888-1944), Walter Leistikow (1865-1908), Franz Skarbina (1849-1910) ou encore Lesser Ury (1861-1931). Jean Lambert-Rucki (1888-1967 ) peintre cubiste prend place dans le salon Art Déco français.
Le troisième étage est occupé par un cabinet consacré à Henry van de Velde (1863-1957), et un autre à Josef Hoffmann (1870-1956).

Retour


Filmmuseum Berlin (Le Musée du Cinéma)

Potsdamer Str. 2, 10785 Berlin
www.filmmuseum-berlin.de

Horaires: Mar Dim 10 - 18h, Jeu 10 - 20h
Tarifs: 6€, réduit 4,50€

Le Sony Center de la Potsdamer Platz abrite entre autres, le Musée du Cinéma et de la télévision, la Cinémathèque nationale Allemande et un cinéma d’Art et d’Essai, l’Arsenal. Il est situé à quelques pas de la place Marlene Dietrich où se déroule, chaque année en février, le Festival International du Film de Berlin.
Le Musée retrace les grandes étapes du cinéma allemand, de l’époque du cinéma muet, à celle des effets spéciaux et du numérique. La collection est constituée de costumes, d’accessoires, de documents relatant le développement historique et technologique de la production cinématographique et de biographies des personnalités ayant contribué à son histoire.
Une salle spéciale rend hommage à l’Expressionnisme Allemand avec des films tels que: Le Cabinet du Dr Cagliari de Robert Wiene (1873-1938) et Metropolis de Fritz Lang (1890-1976).
L’accent historique est mis sur l’émergence d’une culture cinématographique à l’époque de la "République de Weimar" (1918-1933) et sa transformation en propagande idéologique durant la période Nazie, représentée par l'incontournable Olympia de Leni Riefenstahl (1902-2003). Parallèlement un hommage est rendu aux artistes exilés à Hollywood après 1933 tels que: Robert Siodmak(1900 -1973), Billy Wilder(1906-2002),Arthur Dreifuss(1908-1993),.
Marlene Dietrich (1901-1992) icône tant berlinoise que du cinéma allemand y est aussi présente par la présence d’un grand nombre d’objets personnels et de souvenirs. Une section est également dédiée à la science-fiction en tant que genre, et aux films d’animation.

Construit entre 1996 et 2000, le Sony Center est l'œuvre de l'architecte Helmut Jahn (*1940). C'est une architecture transparente en acier et en verre se composant de huit bâtiments, ceux-ci se regroupent autour d'un forum, le Sony Plaza, agrémenté de cafés, de restaurants, de boutiques et de cinémas. L'ensemble est couvert par un seul toit vitré en bâtière, qui donne l'illusion d'une toile de chapiteau tendu sur l'ensemble. Ce toit n'est pas sans rappeler la Philharmonie avec lequel il s'harmonise.

Retour